La douzième enquête SVM/GFK: un foyer français sur deux équipé et presque tous téléchargent ...

Publié le 2006-01-18 21:12:28




Déjà la douzième étude « Les français et la micro » devenue depuis deux ans « Les français, la micro et Internet ». Cela ne nous rajeunit pas … Chaque année, la conférence de presse d’annonce des résultats est très courue. Car l’on veut savoir si après des années de retard, la France se classe bien ou non dans le concert des nations « avancées »…
Depuis trois ans, effet haut débit oblige, la France a pris résolument la tête des européens surfeurs, emaileurs et … téléchargeurs. Cette année, les chiffres s’avèrent encore plus impressionnants avec notamment – ça tombe pile poil dans l’actualité la plus brûlante – un focus sur le téléchargement qui va faire grincer des dents les producteurs musicaux et ceux du cinéma … Mais ça n’est pas tout, l’étude commence d’abord par mettre en lumière le dépassement du seuil symbolique des 50% de foyers équipés en micro-ordinateurs, puis elle montre combien le haut débit bouscule tout sur son passage et combien les usages des ordinateurs ont évolué rapidement, avant que GFK ne révèlent des chiffres vraiment encourageants sur le e-commerce dans l’hexagone…

Par Gérard CLECH
(c) ITRNEWS



L'équipement: la croissance est toujours au programme ...
Premier constat d'importance: le cap symbolique des 50% de foyers français équipés en micro-ordinateur est actuellement en train d'être franchi. Ils étaient très exactement 49,6% à la fin décembre, soit 12,5 millions de foyers, à s'être déclarés équipés. Une progression d’une année sur l’autre de 4,5 points qui avoisine le taux de croissance rencontré entre 2003 et 2004. On peut du reste constater que depuis dix ans, la tendance est linéaire et régulière, et l’on ne voit pas encore apparaître l’asymptote … Parmi les équipés, on constate que 87,5% disent posséder et utiliser à la maison un PC de bureau, 66,4% disposent d’un APN, 43,8% une console de jeux, 33,1% un baladeur numérique, 32,9% un téléphone mobile connectable à Internet, les possesseurs d’ordinateurs portables n’arrivant qu’ensuite avec un « petit » 31,3%, quand bien même un PC acheté sur deux à la fin de l’année fut un portable.
Constat supplémentaire accolé au premier: les ordinateurs présents à domicile sont de plus en plus équipés et bien entourés, avec par exemple presque 60% des unités centrales dotées d'un graveur de DVD et une impressionnante montée en puissance des écrans plats LCD - l'un des produits phares de l'année 2005. Globalement 89,1% des foyers possèdent une imprimante, mais Mathieu Cortesse Chef de groupe IT/Photo chez GFK et Patrick Zemour le rédacteur-en-chef de SVM constatent que les imprimantes multifonctions (32,3% des foyers équipés) commencent à grignoter sérieusement des parts de marché aux imprimantes classiques qui ont tendance à faire du surplace, voire à régresser.
Autre constat, tout aussi intéressant: les français sont attirés par les produits "up to date". A preuve les 2/3 du parc d'ordinateurs en fonctionnement dans l'hexagone qui datent de moins de 3 ans. En outre, les français semblent peu enclins à "mettre les mains dans le cambouis" pour mettre à jour leur ordinateur. Seulement 20% des foyers mettent à jour leur machine, les autres attendant patiemment son "obsolescence" pour le remplacer...
Et parmi les non équipés combien de réfractaires ? 60% déclarent qu'ils ne s'équiperont probablement jamais, mais on en trouve tout de même 40% d'un avis contraire, soit 4,8 millions de foyers potentiels ! Quels sont les freins pour s'équiper ? Le prix encore et toujours, malgré les baisses de prix substantielles des derniers mois: 46% espèrent avoir les moyens d'acheter - il s'agit donc plus d'un problème de pouvoir d'achat qu'un problème d'inadéquation des tarifs. Mais 41% attendent d'en éprouver réellement le besoin et 20% veulent croire dans de futures générations d'ordinateurs plus simples à prendre en main et à utiliser.

Internet et haut débit, les deux mamelles de la croissance

A fin 2005, 2 foyers sur 5 étaient connectés au Réseau des Réseaux (39% de la population), soit plus de 1,1 millions de branchés sur Internet. Une croissance soutenue là encore qui, une fois n'est pas coutume, a été sensible partout sur le territoire français avec un rattrapage des rats des champs sur les rats des villes. L'écart se ressert, avec 48% des foyers connectés qui habitent en province et en milieu rural. La fracture géographique serait-elle en train de disparaître ? Pas sûr, car le haut débit et le dégroupage partiel ou total qui va avec concernent pour l'instant les grandes villes et la grande région parisienne. Cela dit, on est passé en un an de 5,8 millions de connectés en haut débit (via l'ADSL essentiellement) à 7,3 millions (record d'Europe)! Et ce en dépit d'une faible élasticité des tarifs à la baisse, mais avec l'arrivée marquante de l'ADSL-2+ et avec un forcing sidérant des opérateurs et FAI alternatifs sur la téléphonie (depuis plusieurs semaines, les foyers "lâchant" l'opérateur historique sont nombreux voire très nombreux, en moyenne 10 000 foyers par semaine !).
Et une fois connectés au Net, que font-ils les français ? Ils passent encore plus de temps que l'an passé: 10h10 hebdomadairement sur Internet pour 10h49 passés en moyenne sur leur ordinateur. Un petit pas pour l'homo franciscus (qui passe trois fois plus de temps devant sa télé ou à l'écoute de sa radio) mais un grand pas pour l'Internet hexagonal qui voit les internautes français plébisciter le "Websurfing" qui devient pour la première fois leur première occupation devant le suivi de leurs emails, le traitement de textes et la gestion de leurs clichés numériques et de leurs images.
Au titre des autres usages du PC (ou du Mac) familial, il y a celui d'outil compagnon pour les études (19%), celui consistant à s'en servir comme outil de travail à domicile (16% en indépendant, 12% en tant que salarié) et encore la création musicale (au sens large ...) qui semble occuper 10% de nos concitoyens. Etonnement de GFK: seuls 3% des sondés disent regarder la télévision sur leur micro-ordinateur, en dépit de l'explosion de la TNT et des PC équipés de tuners TV. Enfin, si 500 000 foyers - mais nous y reviendrons - déclarent sans ambage avoir pour principale occupation de s'adonner au téléchargement (plutôt sur des plateformes de type peer to peer), la création de blogs semble encore être dans le très grand public une occupation marginale...

Le e-Commerce décolle vraiment !

Le règne du haut débit étant désormais avéré, on ne s'étonnera pas de voir l'e-Commerce décoller. Près d'un quart des foyers français ont consommé, ne serait-ce qu'une fois, sur la toile. Plus de six millions de foyers en tout ! Un phénomène déjà pressenti depuis deux ans, mais qui se confirme et s'amplifie, d'autant que la panier moyen calculé par GFK est de 666 € ! Etonnant non ? Mais qu'achète-t-on sur le Net ? De tout, et plus seulement des produits culturels même s'ils sont toujours en tête des catégories ciblées par les e-consommateurs (31%). Ce sont les vêtements, deuxième poste d'achat avec 27%, qui font le bond le plus étonnant en 2005: +19% par rapport à 2004. Viennent ensuite le tourisme (25%), les produits informatiques (19%), l'EGP et l'électroménager (14%) et la réservation de places de spectacles (12%). De plus, la satisfaction de la clientèle - un peu défaillante jusqu'en 2003 - grime à un niveau jamais atteint: 95% des "consommanautes" se déclarent plutôt satisfaits ou très satisfaits. Les efforts consentis par les sites Webmarchands paient !

Téléchargement: pour GFK, de petits clics pour un grand choc !

Quand GFK a demandé aux nombreux sondés s'ils étaient adeptes du téléchargement et s'ils avaient téléchargé au cours des 30 derniers jours, plus de 25% d'entre eux répondent par l'affirmative... Soit donc plus d’un foyer sur 4 qui reconnaît avoir téléchargé des fichiers musicaux, de films, de logiciels ou de jeux. Ce sont les fichiers audio qui sont les plus téléchargés : 26% des foyers internautes (presque 34 fichiers par foyer et par mois !), devant les films (12% des foyers et 6,9 fichiers en moyenne), les jeux vidéo (8% des foyers et 3,1 fichier par foyer et par mois). Les logiciels et utilitaires clôturent la liste avec 23% des foyers internautes et 6 fichier par foyer et par mois. Et le téléchargement légal me direz-vous ? Il ne représente que 2% du total des fichiers musicaux téléchargés ! Accablant dit GFK, qui a calculé que cela doit représenter entre 842 millions de fichiers et 1,18 milliard de fichiers téléchargés gratos ! Mais n'allez pas imaginer que la politique répressive entamée depuis deux ans inquiètent les téléchargeurs "pirates". Ils sont en effet 49% à se déclarés peu ou pas inquiets par d'éventuelles poursuites. Il faut donc rapidement trouver une solution qui ne repose pas complètement sur la répression dont l'inefficacité est patente ...
D'autant qu'en se penchant sur les chiffres, on constate qu'il ne s'agit nullement d'un problème de moyens (les téléchargeurs se recrutent dans une large mesure parmi les couches les plus aisées de la population, en témoigne la valeur et la richesse de leur équipement par ailleurs constatées par SVM. On constate en outre que le phénomène va crescendo: les fichiers musicaux téléchargés en dehors des plateformes "légales" ont plus que doublé en un an, passant à 33,7 en moyenne sur les 30 derniers jours. Les autres domaines sont, toutes proportions gardées, à la même enseigne: 6,9 films/mois téléchargés, 6 logiciels et 3,1 jeux vidéo... Et là, Mathieu Cortesse (dont vous pouvez retrouver une interview complémentaire ci-dessous) et François Klipfel (GFK), sortent un chiffre ahurissant. Soit les téléchargements "légaux" qui représentent "à tout casser" 2% de tous les téléchargements, soient 25 300 000 foyers français, 12 500 000 foyers équipés et 9 800 000 foyers connectés à Internet et, compte tenu 2,5 millions de foyers qui admettent télécharger en moyenne 33,7 fichiers audio en un mois, cela représente - tenez-vous bien - la bagatelle de 842 millions de fichiers (hypothèse basse) et jusqu'à 1,18 miliard de fichiers (hypothèse haute) ! Un chiffre que Mathieu Cortesse rapproche de celui fourni par Steve Jobs à l'occasion du dernier MacWorld de San Francisco: 850 millions de fichiers achetés sur iTunes depuis son lancement ... C'est clair, le P2P ne boxe pas dans la même catégorie... CQFD. On ne s'étonnera donc pas d'apprendre au passage qu'une estimation récente considère que 75% des volumes mondiaux d'Internet sont accaparés par le téléchargement... (au-delà de 83% en France).

Questions à Mathieu Cortesse, chef de groupe IT/Photo chez GFK:


S’il ne fallait retenir qu’un chiffre frappant parmi tous ceux que vous avez évoqués ce matin, ce serait lequel ? Et pourquoi ?

Pour la 1ère fois, GFK propose une estimation du nombre de fichiers (musique, films, etc.) téléchargés en 1 an en France = 1,3 milliard. C'est absolument colossal !

Les freins à l’équipement tant du point de vue matériel que de celui d’Internet sont-ils aussi forts que les années précédentes ou ont-ils tendance à s’émousser ?

Bien que les non équipés citent toujours le coût du matériel comme principal frein à l'achat, le prix moyen des PC a considérablement diminué en 2005, avec des premiers prix inférieurs à 300 euros (pour un PC de bureau). Si des efforts notables sont faits pour rendre les micro-ordinateurs plus simples d'utilisation, de nombreux foyers apparemment "dépassés" par l'informatique franchiront le pas.

La fracture numérique suivant les classes d’âge, les CSP et la localisation géographique est-elle en voie de résorption ?

Cela semble être le cas pour les zones géographiques : 48% des internautes vivent dans des communes de moins de 100.000 habitants, contre seulement 43% en 2004. Pour les classes d'âge, les retraités constituent la majorité des non équipés mais ils seront mécaniquement de plus en plus nombreux à être équipés vu la place qu'occupe la micro-informatique chez les actifs d'aujourd'hui. Enfin, pour les CSP, la baisse des prix (matériel et abonnements Internet) et les nombreux usages proposés par un PC contribuent au développement de la micro-informatique dans tous les milieux sociaux.

Vous constatez que le téléchargement est une activité non seulement générale de la quasi-totalité des internautes, et qu’en outre la voie de la répression ne semble pas avoir de conséquence sur le volume de données téléchargées et la fréquence des téléchargements. Le téléchargement « légal » est-il tout simplement une chimère ?

Le téléchargement est actuellement au centre de tous les débats et une grande confusion règne dans les esprits des internautes. Le téléchargement payant est logiquement amené à croître fortement dans la mesure ou les échanges en peer-to-peer feront tôt ou tard l'objet d'une réglementation et d'un contrôle resserrés. Ce n'est donc pas une chimère, surtout quand on regarde le succès de certains sites marchands (par exemple iTunes) dans d'autres pays.

Vous constatez à contrario que l’achat en ligne est rentré dans les mœurs. Quelles sont les attentes les plus fortes des internautes consommateurs en la matière ?

Les cyber-acheteurs doivent avoir pleinement confiance dans les sites marchands : sécurité du paiement, délais de livraison respectés, SAV simplifié et assistance téléphonique. Les écarts de prix entre le e-commerce et la distribution "classique" se réduisent, ce qui montre que les cyber-acheteurs ne placent pas forcément le "prix le plus bas" au premier rang de leurs attentes.

Annexe: L'étude de l'année dernière est accessible à l'adresse: www.itrmanager.com/article.php?oid=35100


Copyright © 2009 LaVieNumerique - All right reserved